GaySite, les sites pornographiques gays francophones

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

dimanche 22 juin 2014

Ce rugbyman est une vraie bombe !

Il se nomme Johnny. Il est australien. Il a 25 ans. Il fait du rugby. Il nous nargue dans une vidéo trÚs chaude tournée par le site All Australian Boy.

Johnny, rugbyman australien de 25 ans

DĂ©jĂ , torse nu sur la plage, il est plutĂŽt pas mal : un corps hyper musclĂ©, des pecs auxquels s'accrocher si nĂ©cessaire et des yeux bleus. Il est le type de mec idĂ©al qui me fait tomber amoureux : blond, les yeux clairs, sportif et bien foutu.

Reste Ă  voir ce qu'il a dans la tĂȘte, mais de toute façon il n'est pas lĂ  pour que je me marie avec lui : il n'est lĂ  que pour nous aider Ă  nous vider les couilles en sa compagnie !

Il est probablement hĂ©tĂ©rosexuel puisque le site indique que pour l'aider sur cette scĂšne, il s'est fini devant un porno lesbien. Je ne connais aucun gay capable de jouir devant deux nanas baisant ensemble... ou alors il est bisexuel et a fait tout ça pour nous narguer encore plus ?

Je dis ça, parce que quand il se fait sucer, il a quand mĂȘme l'air de vraiment prendre son pied.

Quand il se fait masturber avec un Fleshjack Ă©galement d'ailleurs. Il doit ĂȘtre trĂšs sensible de la bite. Je la mettrais bien profondĂ©ment en moi pour le vĂ©rifier...

Et puis quand il jouit, c'est l'apothĂ©ose : il en met une bonne dose sur son torse luisant.

Johnny, jeune rugbyman, le torse enduit de son sperme aprĂšs s'ĂȘtre masturbĂ©

Ca faisait longtemps qu'on n'avait pas vu de rugbyman jeune et aussi canon se branlant pour un site porno gay. Des comme lui, s'ils en ont un par jour Ă  nous offrir, j'en redemande de suite !

Johnny, si tu passes par Paris un jour, n'hésite pas à me contacter, c'est avec grand plaisir que je te ferai visiter mon cul et ma bouche en long, en large et en travers... et je te ferais aussi goûter à ma glace spéciale, histoire que tu puisses aussi profiter des bienfaits de ma semence. A bientÎt. Bisous ;-)

vendredi 20 juin 2014

L'after work sur une péniche à Paris : B.Boat

Hier soir, aprÚs le boulot, j'ai fait partie des nombreux invités à la soirée de lancement de la B.Boat. Une soirée en péniche, de 19h30 à 2 heures du matin, chaque jeudi de l'été.

Ca se passe donc sur la Seine, au pied de la BibliothĂšque François Mitterrand... et ça risque d'ĂȘtre le grand succĂšs de l'Ă©tĂ© s'il y a autant de monde qu'hier Ă  chaque fois !

Il faut dire aussi que nous Ă©tions nombreux Ă  ĂȘtre invitĂ©s, sur liste ou par le biais de flyers, que l'offre Ă©tait allĂ©chante et que finalement c'est sympa de prendre un verre en terrasse au soleil sur l'eau avant de s'engouffrer dans le pont infĂ©rieur et profiter de la grande piste de danse accompagnĂ©e de son bar.

Je m'attendais à un truc aussi fréquenté, au final il était difficile de bouger sur les ponts supérieurs (et je ne suis pas resté jusqu'au bout de la nuit pour voir comment ça évoluait). Outre le cadre plutÎt sympa, ça m'a rappelé les trottoirs devant le Cox dans le Marais, aux beaux jours.

Beaucoup de mecs, quelques nanas, des groupes, des groupes et des groupes. Ce n'est probablement pas le lieu idĂ©al pour choper, mais y a-t-il encore un bar ou une boite pour ça dans Paris ? Reste-t-il encore un lieu oĂč un cĂ©libataire peut dĂ©barquer et lier connaissances avec d'autres personnes sans devoir faire du forcing et s'incruster ou passer par son tĂ©lĂ©phone pour catcher quelqu'un qui est juste Ă  cĂŽtĂ© de lui ?

Pas mal de monde greffé à son smartphone, sans doute sur Tinder ou GrindR.

Des dindasses, des barbus bitchs, des hommes en costume et des jeunots sans doute à peine sortis de leurs salles d'examen du baccalauréat...

En bref, vous l'avez compris, il y avait de tout et du beau monde. En soit c'est une trĂšs bonne chose.

Le hic, c'est qu'Ă©tant en majoritĂ© Ă  l'extĂ©rieur, ça y allait de sa clope ou de sa cigarette Ă©lectronique. Pas de bol pour les non fumeurs ou ceux qui avaient fuit les boites de nuit pour cette raison avant l'interdiction de fumer dans les lieux publics. D'ailleurs, je me demande jusqu'Ă  quel point la loi s'applique aux pĂ©niches accueillant du public, mais c'est comme tout : si personne ne gueule, on laisse faire puisque ça ne gĂȘne Ă  priori personne.

CĂŽtĂ© tarifs des consommations, c'Ă©tait correct. L'assiette de grillade/taboulĂ© Ă©tait suffisante pour un prix plus qu'honnĂȘte dans Paris.

Donc voilĂ , une bonne introduction pour une sĂ©rie de soirĂ©es que je vous recommande de tester au moins une fois... et peut-ĂȘtre qu'un de ces soirs elle se terminera comme lĂ  ?

enfilade de mecs nus devant une piscine d'intérieur

mercredi 18 juin 2014

De la bonne utilisation du cockring ou de la corde pour se pendre

Il y a des mecs plus teubés que d'autres, comme il y a des mecs plus intelligents que d'autres.

Dans le cas de Mirka Jaly et de Milos Zambo, je ne sais pas trop ce qu'il en est de leurs bites, mĂȘme si elles semblent efficaces, mais une chose est certaine : les neurones ne sont pas dispos quand ils baisent ensemble ! Voyez par vous-mĂȘme.

Sodomie de Jirka Maly & Milos Zambo

Le concept de la corde nouée autour de la bite m'échappe un peu.

Il ne peut pas se pendre de cette façon, à part à vouloir s'arracher une partie du pénis, ce qui serait aussi débile qu'inélégant. Il ne peut pas non plus s'en servir comme d'un cockring car tel qu'ils ont mis le noeud, ça ne risque pas de laisser le sang coincé dans les couilles et la verge. En plus, il y a des chances pour que ça bloque l'éjaculation.

Remarquez, c'est peut-ĂȘtre ce qu'ils voulaient faire : se servir de cette corde parce qu'ils n'avaient pas de prĂ©servatif et ne voulaient pas que le musclĂ© et tatouĂ© actif jouisse dans le cul offert par son partenaire passif. Mais lĂ  encore, j'ai de gros doutes : rien ne vaut un prĂ©servatif ou l'abstinence. La corde n'ayant jamais Ă©tĂ© un outil de contraception rĂ©putĂ© par son efficacitĂ© et d'ailleurs je ne connais personne ayant essayĂ© de baiser avec une corde Ă  la bite pour cette raison lĂ . Ce sont peut-ĂȘtre les premiers ?

Quoiqu'il en soit, mĂȘme s'ils semblent trĂšs neuneus avec ce noeud Ă  la queue, ils n'en restent pas moins bandants et chauds.

Alors ne sachant pas pourquoi cette corde orange est lĂ , j'en appelle Ă  vos avis de lecteurs assidus. Auriez-vous une idĂ©e ? Vos commentaires sont les bienvenus.

mardi 17 juin 2014

Les plans hards, vous les préférez au beurre ou ordinaires ?

Je ne vous propose pas de fister un rebeu, mĂȘme si ça doit ĂȘtre assez jouissif, mais plutĂŽt de me dire quelles sont vos habitudes quand vous y mettez le bras ou vous amusez avec des plugs ou autres ustensiles plus intrusifs.

On le sait tous : pour la sodomie et la fellation, il faut une capote (mĂȘme si pour les pipes j'suis pas fan du tout et passe outre ce conseil de prĂ©vention).

Pour la fellation il est plus sympa d'utiliser des préservatifs aromatisés.

Pour la sodomie et les pĂ©nĂ©trations en gĂ©nĂ©ral, n'importe quelle capote en latex ou polyurĂ©thane fait l'affaire dĂšs le moment oĂč on y met du lubrifiant Ă  base d'eau ou au silicone.

Mais voilà, quand on veut se prendre un gode, un plug ou qu'on veut jouer avec ses poings, le gel à base d'eau a de grosses limites. Il est pratique pour une queue encapuchonée, mais beaucoup moins glissant pour d'autres usages. Du coup, on passe par des graisses (du beurre, de l'huile, d'autres corps gras).

Les adeptes de fist et de SM ont l'habitude d'utiliser de la graisse de chez Elbow ou Crisco, d'autres se contentent d'huile d'olive ou d'huile d'amande douce car c'est mieux pour la peau, mais ça coĂ»te une fortune !

C'est lĂ  qu'intervient le sexshop gay AGayN qui fait une promotion gĂ©niale sur le mois de juin : le pot de graisse Crisco Ă  4 euros. C'est du jamais vu sur le net !

Foncez pour en profiter et prévenez les potes.

lundi 16 juin 2014

Un petit match entre amis ?

La Coupe du Monde de football, vous la regardez ou vous vous en foutez ?

Ce serait une compétition de rugby, je pense que je materais un peu plus... j'aime bien les rugbymen ;p

Et puis les joueurs de football seraient plus friendly, ça donnerait plus envie. Parce que les voir faire la gueule quand ils ne jouent pas, c'est quand mĂȘme pas la meilleure source de sympathie qu'ils peuvent nous montrer. Heureusement, il y a des foutreux qui relĂšvent le niveau !

dimanche 15 juin 2014

La saison d'ĂȘtre fier d'assumer nos vies de dĂ©bauchĂ©s

J'allais oublier de parler des marches des fiertĂ©s 2014... mais la bĂȘtise de certains m'ont rĂ©veillĂ© hier !

Les manifestants de Flag!, une association de lutte conte l'homophobie au sein des forces de l'ordre, se sont exclus (pour des raisons de sĂ©curitĂ©) de la Marche des FiertĂ©s LGBT de Toulouse Ă  cause d'autres manifestants qui ne voulaient pas de leur prĂ©sence. Cette bande d'abrutis est anti police, d'aprĂšs ce qui a filtrĂ© de l'Ă©vĂ©nement. Franchement, c'est plutĂŽt eux qui auraient du dĂ©gager !

Une Gay Pride, ça doit rester un moment oĂč des gens dĂ©filent ensemble contre les discriminations et pour l'Ă©galitĂ© des droits pour les lesbiennes, gays, bisexuels et trans, pas un truc oĂč on tape contre une association utile et efficace pour des raisons connes qui n'ont rien Ă  voir avec l'objet de la manifestation.

A Toulouse, comme partout, le milieu associatif a du mĂ©nage Ă  faire... et ça ne touche pas que les homos, loin de lĂ  !

Rainbow Flag

Ceci dit, vous avez sans doute une marche poche de chez vous puis qu'il y en aura encore pour les 3 samedis qui viennent... et avec un peu de bol ce sera moins le merdier à Marseille que les autres années, mais c'est à voir.

Du coup, vous ĂȘtes-vous Ă©quipĂ©s de votre rainbow flag ou d'articles permettant de dĂ©filer Ă  vos couleurs prĂ©fĂ©rĂ©es ? (comme des bracelets Bear Pride, Leather Pride ou Gay Pride)

Et puis avec la Coupe du Monde de Football 2014, c'est aussi l'occasion de sortir vos plus beaux drapeaux aux fenĂȘtres pour soutenir votre Ă©quipe prĂ©fĂ©rĂ©e... qui n'est peut-ĂȘtre pas en lice au BrĂ©sil mais joue en tout cas au sein de la FSGL (une autre association bien utile).

jeudi 12 juin 2014

Frotti, frotta, trois petits tours et s'en alla

Vous le savez, c'est une semaine chargĂ©e en transports en communs dĂ©pendant de la SNCF : trains rares et pleins, intercitĂ©s Ă  compter sur les doigts de la main et surtout RER blindĂ©s de gens transpirant par 30° ou presque en rĂ©gion parisienne.

Les grévistes de la SNCF ont choisi le meilleur moment pour se faire haïr une fois de plus par leurs clients qui n'ont pas le choix car eux doivent aller bosser.

Ayant la chance de pouvoir me déplacer en vélo ou en métro, ça ne me touche pas trop, mais dÚs que je dois me taper un trajet pour aller à une réunion à Villepinte, c'est RER B obligatoire... et il dépend en partie de la SNCF. Pas de bol, mon boulot n'en est pas encore à la réunion par Skype quand on ne peut pas se déplacer, du coup hier j'ai pris le RER... et je le regrette un peu (mais pas totalement).

L'aller Ă©tait carrĂ©ment invivable : entassĂ©s les uns contre les autres dans Paris, puis une partie du trajet, chacun y allant de son agacement et de sa transpiration. J'aime pas du tout !

Au retour, je n'ai pas eu le choix, il a bien fallu que je le prenne aussi, mais heureusement il y avait moins de monde. J'ai donc pu choisir oĂč me caler et contre qui me coincer pour une partie du voyage. Ce fut la meilleure idĂ©e de la journĂ©e.

Il semblerait que je n'étais pas le seul à vouloir profiter du trajet de retour collé à quelqu'un d'autre.

On va encore me prendre pour un grand pervers, mais je ne le suis pas plus que vous qui me lisez... enfin, si, peut-ĂȘtre un peu, mais c'et pas dit.

Le p'tit mec sur lequel j'ai flashĂ© n'Ă©tait pas farouche pour deux sous : restĂ© debout contre les banquettes, proche de la porte d'entrĂ©e, il s'est arrangĂ© pour garder un peu de place devant lui. Je m'y suis introduit avec un grand sourire, qu'il m'a rendu.

Y a pas Ă  dire, sourire, ça ouvre des portes ou Ă©carte des jambes !

Quasiment collĂ©s l'un Ă  l'autre, face Ă  face, sa tĂȘte posĂ©e contre mon Ă©paule, une main sur la barre verticale proche de la porte, l'autre contre mon pantalon, il m'a fait bander direct et ça n'a pas Ă©tĂ© pour lui dĂ©plaire puisque j'ai senti Ă©galement durcir quelque chose contre ma jambe.

Vous me connaissez, j'aime partager les bienfaits de la nature. J'ai donc fait comme lui : une main pour se tenir, l'autre pour se tenir... Ă  sa queue Ă  travers son pantalon.

Je ne sais pas trop si les gens qui nous entouraient se sont aperçus de quelque chose, et je m'en fous un peu en fait. Personne n'a eu l'air de nous regarder plus que les autres. C'est mieux ainsi.

Nous avons passé le trajet la main sur le paquet de l'autre, entre caresses et branle à travers nos fringues. C'était intense et hyper agréable.

Il est sorti à Gare du Nord en me disant simplement "bonne soirée" à quoi j'ai répondu par un "merci, vous aussi" puis j'ai continué mon trajet jusqu'à Denfert.

Autant je hais les transports blindĂ©s et surchauffĂ©s par ce temps (ou glacĂ©s quand la clim tente de compenser), autant j'aime bien ce genre de rencontres sans prise de tĂȘte, sans consĂ©quence et sans lendemain.

< 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236 237 238 239 240 241 242 243 >